Gants Mues-BD

La peau des serpents n’est pas élastique, au fur et à mesure que leur taille augmente, les serpents changent de peau et laissent une mue derrière eux. Cette matière délicate, est l’empreinte conforme de leur peau, de son relief et de sa texture.

Ce travail reproduit des formes humaines vides à partir de ce résidu. Les premières formes humaines réalisées sont les mains puis le visage. Telle une couturière je découpe cette mue et l’assemble pour épouser les formes du corps. C’est alors une deuxième métamorphose qui se produit. L’enveloppe corporelle de l’autre devient une enveloppe laissée par l’humain.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s